Emoticones « Inci » et leurs significations

emoticoneLargement inspiré du classement établi par Rita Stiens, dans « La Vérité sur les Cosmétiques » (également utilisé dans son site), voici la classification que je proposerai dans les articles à venir et/ou existants :

Qualité des matières premières/ingrédients :

biggrin biggrin biggrin : très satisfaisant.     biggrin biggrin : satisfaisant.      smile : moyennement satisfaisant.

neutral : passable.                        evil evil : mauvais         evil evil evil  : déconseillé et très mauvais.

question : qualité non définie et inconnue au bataillon.

Origine des matières premières/ingrédients :

(N) Naturelle    mrgreen Issue de l’agriculture biologique    (S) Synthétique

Source image : ici !

Le « No Poo » – Réflexions personnelles – Deuxième partie

No Poo for youPourquoi, à titre strictement personnel, je dis « NON » au No poo  (et vais continuer à côtoyer ma coiffeuse) ?

1.  En espaçant les lavages, vous vous brossez au quotidien les cheveux tête en bas, pour répartir le sébum et autres sécrétions sur la chevelure.

Magnifique !!! Au fil des jours, nous allons donc avoir non seulement le cuir luisant, mais en plus, de la racine aux pointes : le look « Végétaline ».

femme cheveux gras Pas la peine de vous insurger : effectivement, le sébum, sécrété en quantité normale par le cuir chevelu, lubrifie et protège naturellement nos cheveux… Mais… au bout d’un certain temps….

La pollution (particules) aidant et le sébum ayant un potentiel « gras » donc collant, nous allons étaler le tout consciencieusement sur la chevelure complète – plus le délai des lavages augmente, plus « l’encrassement » est grand, même avec une brosse nettoyée au quotidien.

Comparaison : prenons une personne à la peau grasse fluente, dont le sébum s’écoule en trop grande quantité et invitons le au « no soap » avec étalement de ses multiples sécrétions sur le visage, au quotidien…

2. Mais, pour les débuts et pour les plus incommodé(e)s : le shampooing sec (ou matière naturelle pulvérulente et absorbante comme la fécule de maïs, l’argile) vient à votre rescousse pour vous aider à espacer, espacer, espacer…. chaque lavage.

RAS. Cette méthode est une bonne alternative pour éviter de se laver les cheveux trop souvent et faire patienter jusqu’au prochain lavage.

Quelques hics : si vous avez une teinte de cheveux : châtain ou brun (comme bibi, ici présente), c’est très long à brosser pour un rendu propre et compatible avec la vie en société. On finit souvent avec des plaques de poudre claire, agglomérées au niveau du cuir chevelu. Dans certains cas, le ressenti au niveau du cuir chevelu peut même devenir désagréable.

L’ajout d’une cuillère à café de cacao en poudre, conseillé dans les astuces, pour les châtains/brunes que nous sommes, est une idée plus que délicieuse : aux résidus poudreux qui vont rester incrustés, on va se rajouter un petit coup de cacao. Et nous sommes repartis pour un tour !!!

3. Autres cosmétiques substitutifs et complémentaires, quand les débuts « no poo » sont difficiles…

Le rhassoul est proposé. Là non plus, rien à dire ! C’est une matière première minérale, originaire d’Afrique du Nord, qui présente un pouvoir nettoyant (très doux et respectueux du film hydrolipidique du cuir chevelu et de du film naturel des cheveux) et absorbant. Sa fiche Aromazone pour plus de détails : ICI.

Le savon d’Alep est également évoqué. Là, c’est bof, bof… Un savon, obtenu par saponification, reste un savon avec un pH basique, qui entraîne les effets pré-cités (article – première partie). Sa fiche Aromazone : ICI. Un article de Santémagazine.fr, qui donne à réfléchir : .

 4. Le must du must : la recette magique du no poo….

1ère étape pour le nettoyage, la pâte de texture variable : bicarbonate de sodium + eau à masser en mouvements circulaires au niveau du cuir chevelu et des racines, tout en évitant longueurs et pointes.

pH bicarbonate de sodium = 8,3 à 9 + pH de l’eau (> à 7 selon la localisation géographique*) = mélange alcalin. (Cf. effets pH alcalin sur les cheveux dans l’article – première partie)

Effectivement le bicarbonate de sodium, dans de nombreux domaines (alimentaire, cosmétique, ménager) est un produit intéressant et non polluant. Mais, dans le cas présent, il est à PROSCRIRE.

2ème étape, après avoir rincé le précédent mélange (et surtout rincez le vraiment bien !), l’application sur les longueurs d’une solution de vinaigre de cidre (pH = 2,5 à 3) et d’eau* = mélange acide compatible avec les cheveux.

 Le vinaigre de cidre a de nombreuses vertus bien connues. Sur les longueurs et bien dilué, il contribuerait à la brillance des cheveux. Après un shampooing, du fait de son pH, il permettrait de rééquilibrer le pH du cuir chevelu, réduire les pellicules grasses et apaiser les démangeaisons.

5. Votre patience a porté ses fruits. Plusieurs mois se sont écoulés, votre chevelure a retrouvé une nouvelle jeunesse et… vous allez passer à l’ultime « Water Only » (WO pour les adeptes) :

Là, j’aurai tendance à clamer, style Penny (dans la série » The Big Bang Theory ») :

« Nom d’un petit bonhomme en mousse, j’hallucine ! »

Durant mes études, j’ai dû étudier l’eau sous toutes ses coutures (pH, fluidité, formule chimique, systèmes de purification…) mais ils ont dû oublier de nous spécifier que l’eau pouvait avoir un effet nettoyant à termes, après méthode « no poo ».

L’eau est insoluble avec le gras, donc avec le film hydro-lipidique du cuir chevelu. Par conséquent, il va falloir trouver une âme charitable pour m’expliquer comment l’eau seule, va pouvoir débarrasser le cheveu et le cuir chevelu de toutes ses impuretés ??!??

Conclusion :

Si vous êtes séduite par cette technique (chacun ses convictions), elle est  loin, très loin, d’être compatible avec tout type de cheveux. Soyez vigilante ! La recette conseillée est à mon sens incompréhensible par rapport aux effets recherchés, surtout en approfondissant la nature des matières premières préconisées.

Impact au niveau écologique ? Comme beaucoup, ces méthodes laissent rêveurs : est-ce une avancée sans précédent ou un gentil coup d’épée dasn l’eau ? Vaste débat… Je m’en arrêterai là.

Bibliographie :

– Stiens R. – 2012 – « La Vérité sur les Cosmétiques » – Editions Leduc, Paris – 431 pages.

– Cours du Professeur Schuchman, à l’Ecole Elisa Lemonnier (Paris) – Fascicule « Cosmétologie Générale et Appliquée ».

– Sites internet consultés : Cheveux bouclés, Afronautes, Danser en petite culotte, Scribd, Cosmigea.

Sources images : No poo for you, look « Végétaline ».

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le « No Poo » = « No Shampoo » – pH cheveux – Première partie

Antigone XXIEntrée en matière :

Une de mes connaissances m’a proposé de découvrir un blog « Antigone XXI », pour consulter les recettes cosmétiques maison proposées qu’elle avait expérimentées (et dans un deuxième temps, faire un tour d’horizon).

Le blog « Antigone XXI » est né en Avril 2012 et a été créé par une jeune femme, nommée Ophélie, végane et désireuse de protéger au mieux l’environnement. Elle partage avec ses lectrices ses convictions, pensées, lectures, recettes…

Première allégation : « Je n’ai rien contre ce blog et encore moins contre Ophélie ». Seulement, je suis tombée sur une tendance « beauté », qui m’était inconnue et qui m’a littéralement désarçonnée, à partir de ce blog.

Comme elle l’écrit si bien en début d’article « Sujet sensible. Je vous imagine déjà, un petit air de dégoût au visage, mi-intrigués, mi-écœurés …/… » ⇒ dans mon cas  : double effet no poo confirmé !!!

Lien vers l’article « Le jour où j’ai arrêté de me laver les cheveux » : ici. Elle précise bien en fin d’article « …/… Je ne garantis pas que cette méthode soit adaptée à tous les types de cheveux… »

Principe du No Poo en quelques mots :

– Espacez progressivement vos shampooings. Brossez vous les cheveux au quotidien, de la racine jusqu’aux pointes (pour répartir le sébum sur l’ensemble de la chevelure en veillant à nettoyer votre brosse tous les jours). Pour les « rechutes » des premiers temps, Ophélie vous conseille quelques astuces (substitution du shampooing par le rhassoul, le savon d’Alep… compléter au début avec des shampooings secs etc.)

– Recette : bicarbonate de sodium (alimentaire-cosmétique en poudre extra fine)Vinaigre de cidre (ou jus de citron)( H.E. Ylang Ylang : facultatif).

1. Préparez une pâte, de texture selon votre goût en mélangeant le bicarbonate (1 à 2 cuillère(s) à soupe selon la longueur de votre chevelure ) avec une petite quantité d’eau. Cette préparation sera appliquée, tête en bas, sur racines et cuir chevelu, et massée en mouvements circulaires (évitez longueurs et pointes), puis rincée.

2. Préparer une solution constituée de 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre et d’un peu d’eau froide (quelques gouttes d’H.E. en plus en option). Laissez couler ce mélange sur vos longueurs. Laissez poser 2 à 3 minutes et rincez.

3. Et après plusieurs mois, une fois que vous serez habitué(e) à cette méthode, il vous sera possible de les laver selon le « WO » (soit « Water Only ») et alterner avec des shampooings secs en cas de besoin.

Le cuir chevelu et son pH

Dans un premier temps, je vous laisse les liens vers les sites, où vous trouverez des informations complémentaires sur le sujet :

     – « Cheveux Bouclés » et son article « L’importance du pH des produits dans vos cheveux » (rédigés en deux parties),

     – « Les Afronautes » et son article « L’impact du pH des produits sur nos cheveux ».

De mon côté, je vous fais un récapitulatif :

Un cuir chevelu sain, au même titre que la peau, présente un pH acide pouvant aller, en moyenne de 4 à 5,5. Ce sont ses sécrétions : sueur et sébum, qui sont à l’origine de ce pH et qui constituent le film-hydrolipidique, destiné à protéger contre les déséquilibres cutanés (cheveux gras, secs, pellicules…) et les micro-organismes. L’état du cuir chevelu est lié principalement aux sécrétions sébacées, elles-même dépendantes de l’équilibre de notre système hormonal (cheveux secs, cassants, irritations, eczéma…. = sébum produit en trop petite quantité /cheveux gras, pellicules grasses…. = hyper-sécétion sébacée).

Ce pH peut être altéré selon le pH des produits cosmétiques utilisés. Malgré le pouvoir tampon naturel de la peau (capacité à maintenir son pH initial), l’utilisation répétée de produits de lavage ou d’entretien de la chevelure, présentant un pH inadapté (trop basique : de 7 à 14 ou trop acide : < à 4) déséquilibre à termes l’état du cuir chevelu.Aspect des cuticules du cheveu normal-abîmé

Pour un cosmétique à pH alcalin (> à 7), que se passe-t’il ? Le cuir chevelu est altéré entraînant un déséquilibre fonctionnel. La fibre capillaire est dégradée. Les écailles du cheveu (cuticule = couche externe) se soulèvent rendant les cheveux secs, cassants, poreux, rugueux et difficiles à démêler.

Pour un cosmétique à pH acide (entre 4,5 et 7), que se passe-t’il ?

Le pH du cuir chevelu est stabilisé et maintenu. L’acidité a un effet astringent sur les écailles, qui sont plus compactes, resserrées et lisses rendant les cheveux doux, brillants et qui se démêlent plus facilement.

Pour un cosmétique à pH très acide (< à 4), que se passe-t’il ?

L’équilibre du cuir chevelu est altéré. La kératine (protéine fibreuse constitutive du cheveux et responsable de sa solidité) est endommagée. Les cheveux vont devenir secs, rêches, poreux et sont fragilisés.

En formulation de cosmétique, le pH optimum pour un shampooing se situe entre 5 et 6,5.

pH bicarbonate de soude (mis en solution avec l’eau) = 8,3 à 9.

pH vinaigre de cidre : 2,5 à 3.

Source image : Antigone XXI, Cutilcules capillaires.

A suivre….

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mon « fabuuuuuuleux » cosmétique sera-t’il forcément le vôtre ?

beauty addictJe suppose qu’en tant que blogueuse(eur) beauté, nous sommes tous animés du même « feu sacré » : faire découvrir à d’autres des nouveautés, avis, coups de cœur… et à quelque part convaincre nos lecteurs.

Mais ce cosmétique, que je trouve « sensass » et sur lequel je crève d’envie d’écrire un article… Sera-t’il objectif et vous conviendra t’il réellement ? Petite réflexion sans prétention et sans aboutissement réel. Mais, la question reste entière, le cosmétique « miracle » de l’une ne sera peut-être pas celle de l’autre. Et, pourtant, si nous savons bien « vendre » nos convictions, d’autres seront tentés de suivre nos conseils sans en être complètement satisfaits en fin de compte.

   1. Nous projetons nos désirs et fantasmes sur ces cosmétiques et leurs effets ; tendance largement alimentée par les services marketing des marques autant que les blogs beauté. Chacune en attend des effets bien précis dans son imaginaire, d’où les bonnes ou mauvaises surprises à l’arrivée…

   2. Certaines blogueuses beauté ont la chance de recevoir des produits à essayer par différentes marques, pour pouvoir ensuite écrire leurs ressentis sur leur blog. Cela constitue une vitrine commerciale supplémentaire pour les marques, non négligeable ! D’autant que beaucoup d’entre elles ont un style d’écriture agréable, drôle… tout un « package » séduction qui nous donne envie d’acheter !!!

   3. Quelques expériences de la vie réelle :

Ma meilleure amie (professeur esthétique, make-up artiste MUFE… avec une solide expérience sur les produits de beauté) m’a un jour parlé de son masque visage dont elle était ravie : masque Nuxe Détox vitaminé Bio-Beauté®. Séduite par son argumentaire, j’ai passé le pas : l’achat dudit produit. Sauf que… J’avais omis de prendre en compte certains paramètres : type de peau et carnation différents, l’une fume, l’autre non…

Résultat : la texture m’a fortement déplu. Quant au résultat : correct, tout au plus. Cela n’a pas révolutionné mon quotidien ni l’état de ma peau, contrairement à mon amie.

A contrario, après lecture d’un article du blog de « Trognon et pépin« , j’ai acheté le gel liner « Lasting drama » de Maybelline. Je ne connaissais pas ce type de produit (je tais ma profession, car c’est un comble) et j’ai été conquise. Je le trouve plus pratique que mon cake eye-liner Alvarez, plus pigmenté, plus… plus… plus…

Conclusion :  il est très difficile de garder un propos nuancé et factuel sur les blogs sans omettre aucun détail organoleptique ou caractéristique du produit ; le but étant de coller au plus juste à la réalité et apporter un conseil efficace et utile !

Source image : ici !
Rendez-vous sur Hellocoton !

Le « contouring » ou comment se réapproprier les bases du maquillage ?

Ma testeuse a récemment attiré mon attention sur un phénomène « make-up » d’envergure, qui nous viendrait tout droit des « States » (restons dans le « move »….), j’ai nommé  » LE CONTOURING » (entendez par là : « l’art du contour »). A la tête de cette « nouvelle technique » bluffante (dixit l’article sur aufeminin.com) : la fameuse Kim Kadarshian et autres « icônes » américaines transies par cette tendance….

Et là… Déformation professionnelle oblige, j’ai dû bondir – encore une fois ! Le contouring (anglicisme lexical, quand tu nous tiens… Il est vrai que le vocabulaire français n’est pas assez riche…) n’est pas une technique innovante et encore moins LA découverte du siècle.

Cette pratique constitue le BABA du maquilleur. Nous appelons ces étapes les « CORRECTIONS ». Une fois le teint préparé (soin de jour, base de teint et/ou pour le contour des yeux), la mise en valeur d’un visage passe obligatoirement par le travail sur les ombres et lumières. Les corrections, interviennent en fonction de la forme du visage et de ses potentielles irrégularités ou imperfections voire l’expression que le maquilleur souhaite lui donner.

Elles passent par l’utilisation combinée de tout cosmétique de maquillage : enlumineurs, fonds de teint, correcteurs (gras ou poudre), blush, crayons à lèvres/yeux, fards à paupières…etc.

Elles consistent à :  

– réhausser certains traits caractéristiques ou remarquables (très grands yeux, bouche pulpeuse…),  

– corriger des irrégularités (visage trop allongé, yeux trop écartés ou tombants…),

– créer certains effets dans le cadre de maquillage artistique, théâtre, défilés de mode… Exemples de maquillages correctifs (extraits du livre de Anselmo Stefano – 2001 – « Devenez une pro du maquillage » – Editions les Nouvelles Esthétiques, Paris – 289 pages) : Corrections en maquillage 28012015

Quelques références trouvées deci-delà sur le web :

– une jeune blogueuse, formée en maquillage et spécialisée dans le contouring : « Le contouring »,

– un article Votre Beauté, sans vidéo « tutorial »mais bien détaillé au niveau rédactionnel….

– pour les vidéos tutorial : je vous laisse consulter « Youtube », il en regorge… avec une belle démo Make Up For Ever, en anglais…

Rendez-vous sur Hellocoton !

A la découverte de la « cardistry » en photographie avec MS

RL MS blog

Changement de cap pour cet article : une sorte de « hors-série » spéciale tournée vers une discipline, encore peu connue en France : la « cardistry » (ou l’art de manier les cartes à jouer pour réaliser des manipulations artistiques et « magiques »), ici explorée au niveau photographique.

Je vous propose donc de découvrir un jeune artiste-photographe-amateur (en devenir et au futur prometteur, à mon sens), au pseudo « tartignolle » : musclor_superpike (MS).

Inspiré par Daniel Madison (site) – un des pionniers de ce mouvement – MS s’est lancé depuis début 2014 sur instagram pour illustrer cet univers sombre et mystérieux. Déjà de beaux succès à son actif, un nombre de followers en constante progression….et des publications toujours plus créatives où l’on sent le bouillonnement d’idées !!

En bref, il est intéressant de visiter…. « liker »…. et si vous êtes captivé(e) : « s’abonner » !!! 😉

Compte instagram : http://instagram.com/musclor_superpike.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Baume, Ô mon baume… Quand Miel et Arnica s’invitent sur vos lèvres !

Le choix d’un bon baume à lèvres, c’est essentiel dans notre entretien beauté.

La tâche est rude, pour ma part, je lui en demande beaucoup : protéger, nourrir, hydrater, adoucir, assouplir, optimiser la tenue du rouge à lèvres/gloss... mais aussi être estampillé « Bio » avec des matières premières dignes de ce nom !!! Autant dire que dénicher la « perle rare » est devenue un parcours du combattant jonché de nombreuses déceptions.

C’est donc avec joie que j’ai goûtée la remarque de l’hôtesse en parapharmacie, le jour où j’ai choisi d’acheter « le Nectar aux trois miels et arnica » de la marque Melvita, pour lèvres et zones très sèches : « Il est aussi bien sinon mieux que « Rêve de Miel » chez Nuxe si vous connaissez ! » (ben tiens, que je connais – je l’ai expérimenté dés l’âge de 16 ans  » Rêve de Miel »… Alors, tu penses…)

Sourires convenus, courtoisie d’usage et  un bruit de sac froissé plus tard, je suis repartie avec mon « best-seller » de la bouche « pulpée »-hydratée-protégée ! Tout ça, sans avoir pris la peine d’étudier à la loupe la liste d’ingrédients collée sur le fond du pot en verre – et écrit en lilliputien… « Big » intro, pour analyse circonspecte de ces 10 g de pâte jaune délicatement parfumée (fiche Beauté Test).

Prix moyen : 7,90 €.

Melvita nectar 3 mielsSource image : ici  (blog tuxiebeauty)

Ma note :

      (sur 5).

Mon avis : 

Beaucoup de points positifs : son efficacité, sa composition, son parfum ! Je suis quasi-conquise en consommatrice acerbe et pointilleuse, que les nombreuses expériences cosmétiques ont forgé.  🙂 De plus, il en faut très peu pour que les effets se fassent ressentir : économique.

Pour les plus regardantes en matière d’hygiène, le conditionnement risque de les refroidir – Deux solutions : désinfectez ongles et doigts avant de prélever la pâte du pot ou investir dans une mini-spatule – à désinfecter, elle aussi !

Les bémols ?

  1. Très gras car concentré en beurres végétaux d’où l’altération des rouges à lèvres ou gloss, eux aussi très gras, si pose immédiate après avoir appliqué le baume. Bien l’étaler et attendre un peu avant de se lancer.
  2. Le positionnement des mentions obligatoires sur le fond du pot en verre… Certes pas de gaspillage de carton pour l’envelopper mais une pastille en deux volets de 2,5 cm de diamètre en moyenne…
 Composition (lien émoticones)

Divers * Transformés à partir d’ingrédients biologiques.

 

Butyrospermum Parkii Butter (beurre de Karité) : excipient et actif protecteur, nourrissant, régénérant.

Cocos Nucifera Oil (huile de Coco) : excipient (huile très grasse) et actif très nourrissant et apaisant.

* Vegetable oil (huile végétale – N.B. : Laquelle ? Nature ou Mélange ? Transformée, mais comment ?)  OU : actif émollient, nourrissant, hydratant;

Oleic/Linoleic/Linoleic Polyglycerides (polyglycérides d’acides gras : oléique, linoléique et linolénique) : stabilisateur de formule et co-émulsifiant.
Helianthus annuus seed oil (huile de graines de tournesol) :
actif émollient et nourrissant.

Tribehenin (ester triple de glycérol et d’acide bénénique sous forme de cire)  : actif émollient et hydratant.

Cera alba (cire d’abeille) : filmogène hydrophobe, protecteur cutané ; il donne un toucher souple et soyeux.

Silica (silice) : agent de texture.

Mel (miel) : actif très hydratant, régénérant et adoucissant.

Glycéryl Stearate SE (stéarate de glycérol auto-émulsifiant) : émulsifiant dans phase huileuse, stabilisateur de formule, agent de contrôle de la viscosité et substance de soin pour la peau : émollient et lissant.

Aqua (eau) : solvant.

Arnica montana flower extract (extrait de fleurs d’Arnica) : actif décongestionnant, calmant et anti-inflammatoire.

Mauritia flexuosa fruit oil (huile de Buriti) : actif émollient et nourrissant.

Olea europea fruit oil (huile d’olives) : actif très nourrissant et émollient.

Tocopherol (vitamine E)  : conservateur anti-oxydant.

Bisabolol (composant de l’huile essentielle de camomille allemande – entre autres) : actif anti-inflammatoire, apaisant et réparateur cutané.

Parfum : confère une odeur agréable au produit.

Limonène, Linalool et Citral : substances odoriférantes.

Rendez-vous sur Hellocoton !

« Nuage Céleste » : la mousse nettoyante visage – sans savon – Cattier Paris

Cattier marque bio

Évidemment, le précédent article sur la marque Cattier n’était pas sans « arrière pensée », mais une introduction à une série d’articles dans « Mousse nettoyante visage sans savon - Cattier Paris - Nuage CélesteEspace Sensoriel » suite à l’achat de produits, de la même marque.

Je vais commencer par la mousse nettoyante visage, sans savon, intitulée « Nuage Céleste ». Une petite compensation pour Anahita, suite à son article : « Pas chères et efficaces : ma sélection de cosmétiques au supermarché« , que j’ai réussi à « dépiter » et dont la terrible réflexion dans un dernier commentaire m’a fait bondir, dixit : « (…) je finirai à l’huile d’olive et au miel ». Aïe !

Présentation

Flacon pompe d’une contenance de 150 ml, distribué en parapharmacies et magasins bios, à environ 10,70 € (fiche Beauté-Test). Mousse nettoyante pour le visage – sans savon – dont la texture est très fine et aérienne. Elle est de couleur blanche et sent la citronnelle. Accessible à tout type de peau.mousse nettoyante visage sans savon - Cattier Paris - Nuage Céleste

Ma note :

    1/2 (sur 5).

Mon avis :

Bon produit, dans l’ensemble, à mon sens : la composition est très correcte. Au contact de la peau humide, la mousse s’émulsionne très facilement et confirme l’argumentaire présent sur le flaconnage: « (…) purifie et adoucit la peau tout en respectant son équilibre naturel. Parfaitement nettoyée, la peau est saine, nette et oxygénée. » Pas de sensation de tiraillements résiduels après utilisation, peau fraîche et douce.

Les quelques zones d’ombre se tournent vers l’ingrédient : hydrolysat de protéines de blé où j’ai mis un point d’interrogation en termes de qualité de matière première.

  1.  L’annotation du flaconnage « Riche en protéines de blé » est fausse. 12ème position sur une liste de 13 ingrédients – cela indique une présence infinitésimale du composant. C’est très moyen, je trouve.
  2. Après farfouillage sur internet, j’ai trouvé un court articledu SCCS (Scientific Committee on Consumers Safety) qui reporte une recrudescence de cas de sévères urticaires de contact liés à la présente de cet ingrédient dans les cosmétiques. J’ai également trouvé des cas d’allergies pour les personnes sensibles au gluten et un article « mi-figue/mi-raisin » sur cet ingrédient, sur le site « l’observatoire des cosmétiques ».
  3. Initialement, c’était un ingrédient qui avait bonne presse et qui était efficace tout en étant inoffensif… Donc difficile de se prononcer….
Composition (lien émoticones) :

Aqua (eau) : solvant.

Rosa Damascena Flower Water (hydrolat de Rose de Damas) : solvant et actif apaisant, tonifiant, astringent et rafraîchissant.

Centaurea Cyanus Flower Water (hydrolat de bleuet) : solvant et actif calmant, décongestionnant, apaisant, anti-inflammatoire (petites inflammations), tonifiant et légèrement astringent.

Sodium Cocoyl Glutamate (Cocoyl Glutamate de Sodium) : tensioactif anionique très doux (obtenu par transestérification des acides gras de l’huile de Coco par l’acide glutamique) et base lavante.

Sodium Cocoamphoacétate (Cocoamphoacétate de Sodium) : tensioactif amphotère doux, base lavante et moussante. Il améliore également la texture de la mousse et son volume.

Lauryl Glucoside : tensioactif non ionique doux (obtenu à partir du maïs et de la noix de coco), base lavante.

Lactic acid (acide lactique) : substance tampon.

Sodium lauryl glucose carboxylate : tensioactif très doux et base lavante.

Benzyl alcohol (alcool benzylique)  : conservateur antiseptique.

Sodium benzoate (benzoate de sodium)Potassium sorbate (sorbate de potassium) : conservateurs antiseptiques.

Parfum : confère une odeur agréable au produit.

Hydrolysed Wheat Protein (hydrolysat de protéines de blé)   : agent filmogène, actif nourrissant et hydratant.

Limonène, Linalool : substances odoriférantes.

Sources images : 1ère (), 2ème (ici), 3ème ().

Rendez-vous sur Hellocoton !

Cattier Paris : le spécialiste des argiles et des produits Bio

Cattier logoBref historique….

1968 : Année de naissance de la marque grâce à Pierre Cattier, son fondateur. Très porté sur les médecines douces, il est également un des instigateurs du courant harmoniste, initié par Raymond Dextreit, quelques années auparavant (la Méthode Harmoniste s’appuie sur des soins naturels et une alimentation variée, principalement végétale – Elle est présentée dans le livre du même nom et rédigé par Monsieur Dextreit). Ses produits médicaux et cosmétiques sont alors quasi-exclusivement à base d’argiles, la matière première « phare » de Cattier.

1987 : Daniel Aressy (pharmacien cosmétologue) perpétue la philosophie de son concepteur et reprend la direction de l’entreprise. Son équipe et lui s’attachent à élargir la gamme et développer un nouveau panel de produits, à base de matières premières autres que l’argile (beurre de Karité, glycérine, Jojoba….). L’entreprise se tourne vers une production écologique et biologique en adhérant aux cahiers des charges du label Bio, sous le contrôle et la certification Ecocert.

Selon Rita Stiens, dans « La Vérité sur les Cosmétiques Naturels », 90 à 100 % de leurs produits sont labellisés Bio.

La marque revendique ne contenir aucun ingrédient OGM ou issu de la pétrochimie (paraffine, silicones, PEG*, PPG*…), aucun éther de glycol, sels d’aluminium ; parfum, colorant ou conservateur de synthèse (parabens, phénoxyéthanol, EDTA*, DMDM* hydantoïne….), matière première d’origine animale hormis les ingrédients issus de la production animale comme le miel.

Ils ont élargi leurs champs d’application à de nombreux soins cosmétiques : visage, corps, lèvres, hygiène (dentifrices, gels douche, bain, déodorants), parfums… etc. (gamme de produits présentée sur leur site : ici)

 * PEG = PolyEthylèneGlycols – PPG : PolyPropylèneGlycols – EDTA : Ethylène DiaminoTétrAcétate Sodique – DMDM : DiMéthylol DiMéthyl.

Cattier publicitéSources images : 1ère (ici), 2ème ().


Rendez-vous sur Hellocoton !

Les dessous d’une mousse nettoyante : « l’onctueuse » de Nivéa

… ou le rôle de « consultante cosméto » d’un jour pour Anahita, du site « lacigaleoulafourmi« , qui a essayé pour vous, dans son dernier billet, des cosmétiques vendus en supermarché, dont la Mousse nettoyante Onctueuse – Peaux sèches et sensibles – de Nivéa. Mousse nettoyante onctueuse NivéaMousse nettoyante onctueuse compo

 Pour le côté pratique (texture, odeur, avis…), je vous laisse avec l’article d’Anahita, car je n’ai pas essayé ce produit – étant une militante anti-Nivéa, depuis longtemps. En plus, elle a rédigé un billet concis à ce sujet !

A nous le côté technique, chimique… Et barbant, mais…. Très utile !

Composition (lien émoticones)

Aqua (eau) : solvant.

Sorbitol (= alcool de sucre) : humectant.

 Glycerin (glycérol)   : humectant.

  Decyl glucoside  : tensioactif de sucre qui va contribuer à la formation de mousse et agent nettoyant.

Disodium cocoyl glutamate (sel disodique de l’acide glutamique d’amide-acide de coco)   : tensioactif doux et agent nettoyant.

Glyceryl glucoside (huile estérifiée) : humectant et hydratant.

  Prunus amygdalus dulcis oil (huile d’amandes douces)   : huile végétale adoucissante, émolliente, apaisante et surgraissante.

Panthenol (provitamine B5) : principe actif cicatrisant, réparateur cutané, apaisant (anti-inflammatoire) et hydratant.

Propylène glycol : solvant et conservateur antiseptique.

Polyquaternium-10 (famille des ammoniums quaternaires) : principe actif filmogène.

PEG-40 hydrogenated Castor Oil (huile de ricin hydrogénée et éthoxylée) : tensioactif et émulsifiant.

PEG-200 hydrogenated glyceryl palmate (palmate de glycéryle hydrogéné et éthoxylé) : émulsifiant et agent nettoyant.

Sodium sulfate (sulfate de sodium ou sel de Glauber)  : agent de foisonnement capable de réduire la densité apparente d’une forme cosmétique.

Sodium chloride (chlorure de sodium ou sel) : agent de contrôle de la viscosité.

Citric acid (acide citrique) : substance tampon.

Sodium benzoate (benzoate de sodium) : conservateur antiseptique.

Butylphenyl methylpropional : substance odoriférante (allergène….).

Benzyl alcohol (alcool benzylique) et geraniol : conservateurs antiseptiques.

Hydroxyisohexyl 3-cyclohexene carboxaldehyde : substance odoriférante.

Parfum .

Mon avis

Sur les 7 à 8 premiers ingrédients, qui constituent l’excipient, c’était plutôt bien parti. Mais au bout du compte, les ingrédients suivants qui assurent l’effet moussant, nettoyant et la miscibilité générale laissent sérieusement à désirer. Difficile à les comprendre chez Nivéa…. Ils « flinguent » la composition avec des glycols desséchants et potentiellement irritants, des PEG et polyquarteniums dont la mauvaise réputation n’est plus à faire… Pour celles et ceux, qui souhaitent connaître les dangers de ces composés, je vous invite à consulter la liste des ingrédients à éviter dans les cosmétiques, rédigée par les carnets de Tinùviel : clair et simple.

Ce produit est en moyenne proposé à 4 € les 150 ml -donc : ne pas s’attendre à des miracles en termes de composants…

Chère Anahita, beaucoup de blogueuses sont séduites par ce produit, charmées par ses attributs et bluffées par ses résultats…. Jouons les rabat-joiesHalte-là, laisse-moi « ça » dans son rayon et passe ton tour au prochain achat, en attendant de trouver, la mousse de tes rêves !

Sources images : ici (1ère), (2ème).