Les dessous d’une mousse nettoyante : « l’onctueuse » de Nivéa

… ou le rôle de « consultante cosméto » d’un jour pour Anahita, du site « lacigaleoulafourmi« , qui a essayé pour vous, dans son dernier billet, des cosmétiques vendus en supermarché, dont la Mousse nettoyante Onctueuse – Peaux sèches et sensibles – de Nivéa. Mousse nettoyante onctueuse NivéaMousse nettoyante onctueuse compo

 Pour le côté pratique (texture, odeur, avis…), je vous laisse avec l’article d’Anahita, car je n’ai pas essayé ce produit – étant une militante anti-Nivéa, depuis longtemps. En plus, elle a rédigé un billet concis à ce sujet !

A nous le côté technique, chimique… Et barbant, mais…. Très utile !

Composition (lien émoticones)

Aqua (eau) : solvant.

Sorbitol (= alcool de sucre) : humectant.

 Glycerin (glycérol)   : humectant.

  Decyl glucoside  : tensioactif de sucre qui va contribuer à la formation de mousse et agent nettoyant.

Disodium cocoyl glutamate (sel disodique de l’acide glutamique d’amide-acide de coco)   : tensioactif doux et agent nettoyant.

Glyceryl glucoside (huile estérifiée) : humectant et hydratant.

  Prunus amygdalus dulcis oil (huile d’amandes douces)   : huile végétale adoucissante, émolliente, apaisante et surgraissante.

Panthenol (provitamine B5) : principe actif cicatrisant, réparateur cutané, apaisant (anti-inflammatoire) et hydratant.

Propylène glycol : solvant et conservateur antiseptique.

Polyquaternium-10 (famille des ammoniums quaternaires) : principe actif filmogène.

PEG-40 hydrogenated Castor Oil (huile de ricin hydrogénée et éthoxylée) : tensioactif et émulsifiant.

PEG-200 hydrogenated glyceryl palmate (palmate de glycéryle hydrogéné et éthoxylé) : émulsifiant et agent nettoyant.

Sodium sulfate (sulfate de sodium ou sel de Glauber)  : agent de foisonnement capable de réduire la densité apparente d’une forme cosmétique.

Sodium chloride (chlorure de sodium ou sel) : agent de contrôle de la viscosité.

Citric acid (acide citrique) : substance tampon.

Sodium benzoate (benzoate de sodium) : conservateur antiseptique.

Butylphenyl methylpropional : substance odoriférante (allergène….).

Benzyl alcohol (alcool benzylique) et geraniol : conservateurs antiseptiques.

Hydroxyisohexyl 3-cyclohexene carboxaldehyde : substance odoriférante.

Parfum .

Mon avis

Sur les 7 à 8 premiers ingrédients, qui constituent l’excipient, c’était plutôt bien parti. Mais au bout du compte, les ingrédients suivants qui assurent l’effet moussant, nettoyant et la miscibilité générale laissent sérieusement à désirer. Difficile à les comprendre chez Nivéa…. Ils « flinguent » la composition avec des glycols desséchants et potentiellement irritants, des PEG et polyquarteniums dont la mauvaise réputation n’est plus à faire… Pour celles et ceux, qui souhaitent connaître les dangers de ces composés, je vous invite à consulter la liste des ingrédients à éviter dans les cosmétiques, rédigée par les carnets de Tinùviel : clair et simple.

Ce produit est en moyenne proposé à 4 € les 150 ml -donc : ne pas s’attendre à des miracles en termes de composants…

Chère Anahita, beaucoup de blogueuses sont séduites par ce produit, charmées par ses attributs et bluffées par ses résultats…. Jouons les rabat-joiesHalte-là, laisse-moi « ça » dans son rayon et passe ton tour au prochain achat, en attendant de trouver, la mousse de tes rêves !

Sources images : ici (1ère), (2ème).

Publicités

3 réflexions sur “Les dessous d’une mousse nettoyante : « l’onctueuse » de Nivéa

  1. Oula lalala. et moi qui vient d’en acheter deux autres bouteilles de stock….
    Je crois que je vais t’envoyer plus souvent mes compo, parce que ça change la donne.
    Je vais mettre ton étude en edit de mon article, c’est trop cool ce que tu as fait là!
    Sinon, pourquoi tu es anti-nivéa? Il y aurait-il quelque chose à leur propos que je connaîtrais pas?!

    • C’est difficile de trouver le « bon » produit à un prix équitable et raisonnable. C’est aussi difficile de faire la part des choses, même dans le domaine bio, car la liste INCI ne t’indique pas comment ont été obtenues les matières premières. Exemple : le glycérol (Glycerin) : il peut être d’origine végétale ou synthétique.
      Merci de faire partager l’analyse dans ton article ! Espérons que ça puisse aiguiller tes lectrices (eurs).
      Je suis anti-nivéa parce qu’ils utilisent des matières premières douteuses et peu chères ; l’exemple en est de la célèbre crème bleue (dans son pot rond métallique) qui est bourrée de matière premières issues des déchets pétroliers et hyper-occlusives. Dans le même esprit, je suis anti-Garnier, anti-Diadermine, anti-l’Oréal…. etc.
      Disons que j’essaie de limiter la casse avec les produits certifiés Bio… Et encore, je dis bien « limiter la casse » 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s